Un record historique de transactions immobilières ce printemps

Arrêté à fin mai, le nombre de transactions sur douze mois a battu tous les records en dépassant même le record historique de 2019. C’est la première année qui a compté plus d'un million de transactions selon la note de conjoncture des notaires. Effectivement, nous avons pu le constater que la vente d’appartements à Dinard n’a pas été freinée par la conjoncture actuelle.

Le record historique de 2019 a été dépassé sur 12 mois arrêté à fin mai

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires ont révélé que le nombre de transactions a atteint des sommets sur les douze derniers mois précédant juin. L'immobilier se porte très bien malgré la crise sanitaire en arrière-plan. Le premier semestre est également au beau fixe pour l'immobilier national.

En effet, le nombre des transactions a atteint le chiffre record de 1 130 000 à fin mai sur douze mois, glissant. Le précédent record était très récent et datait de 2019. En effet, l’année qui a précédé celle de la crise sanitaire avait été la première où le million de transactions avait été dépassé et avait enregistré 1 059 000 ventes à fin septembre.

Ainsi, la baisse du nombre de transactions liée aux confinements de 2020, notamment au premier qui a été le plus long, a été complètement résorbée.

Le marché immobilier est au sommet et les prix montent toujours

Si l’impact délétère des confinements a momentanément touché le secteur de l’immobilier pendant les confinements, il a également marqué les esprits. Le Covid et les privations de liberté qui ont cloîtré les Français chez eux pendant plusieurs mois ont modifié durablement le marché immobilier dans la mesure où les futurs acquéreurs recherchent plus d'espace et un accès à l’extérieur.

Les confinements ont amené les acheteurs à modifier leur démarche qui s’oriente vers la recherche d’un cadre de vie plus agréable avec des surfaces supérieures et une terrasse ou un jardin. Ainsi, la typologie des biens immobiliers recherchés a changé mais les centres-villes ont également perdu de leur attractivité. Les acquéreurs s’orientent vers des biens situés dans des villes moyennes ou vers les banlieues où de nombreux pavillons avec jardin sont disponibles pour un budget raisonnable.

Le nombre de transactions records est dû à une demande soutenue et le corollaire d’une demande forte est l’augmentation des prix qui continuent quant à eux leur ascension.

Cependant, la hausse des prix commence à faiblir en moyenne sur la France entière, à l’instar de Paris où ceux-ci ont atteint un plateau. Cette baisse relative des prix moyens cache toutefois une réalité : si la hausse s’épuise sur les appartements, le prix des maisons continue quant à lui d’augmenter.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Cliquez ici pour en savoir plus