Un projet d’auberge de jeunesse verra le jour sur le site de l’école Notre-Dame-de-la-Mer

Deux couples, dont les établissements respectifs sont déjà bien connus des Dinardais, s’associent pour monter un projet entre les murs de l’établissement que viennent de quitter les enfants. Notre agence immobilière de Dinard fait le point sur ce projet visant à protéger le patrimoine local.

Le projet sauvegardera une des plus anciennes maisons de Dinard

L’école Notre-Dame-de-la-Mer à proximité de la plage énogataise ne cèdera pas la place à un projet immobilier, même si lors de la mise en vente du bâtiment des promoteurs immobiliers étaient bien sur les rangs.

Les anciens élèves, très attachés à leur école, sont rassurés de savoir que le projet d’auberge de jeunesse préservera un des bâtiments principaux qui se trouve être l’une des maisons les plus anciennes de Dinard. La structure en salles de classe de l’autre bâtiment est pour sa part propice à la création de dortoirs, par exemple.

Cependant, le nouveau projet a été tenu secret jusqu’à la fête d’adieu du 5 juillet afin d’accorder la primeur de l’information aux écoliers et à leurs familles. Contrairement à l’école maternelle de la rue Gardiner et à l’ancien collège Sainte-Marie de Dinard qui ont été vendus à des promoteurs pour y construire des immeubles d’habitation, ce ne sera pas le cas pour l’école Notre-Dame-de-la-Mer.

Un des couples portant le projet, Caroline et Matthieu Gailly, eux-mêmes parents d’élèves, avait bien gardé le secret jusqu’alors. Ils ont profité de l’occasion pour esquisser les grandes lignes du projet d’auberge de jeunesse qu’ils portent dans l’espoir de contribuer positivement au dynamisme du quartier.

L’auberge de jeunesse restera ouverte toute l’année

Le couple propriétaire de la Maison Joyeux, une boulangerie artisanale depuis maintenant six ans, s’est associé à un autre couple dinardais, Flore et Pierre de Kerautem, gérants des hôtels du Parc et Saint-Michel.

Les amis, forts de leurs expériences en hébergement et en restauration, portent un concept original dont l’objectif est avant tout de préserver l’âme de ce lieu. Ce projet tient d’autant plus à cœur au couple Gailly, que le mari avait lui-même passé son enfance sur les bancs de l’école.

Le projet a pour objectif de proposer aux vacanciers une offre estivale bon marché mais l’auberge de jeunesse restera ouverte pour tous toute l’année et pourra accueillir des séminaires et des classes de mer.

Les salles de classe de la partie du bâtiment datant du 19e siècle située le long de la rue Gardiner pourront accueillir des dortoirs tandis que les bâtiments du 18e pourraient héberger des chambres familiales et un bar. Il sera possible d'installer une verrière végétalisée dans la cour pour accueillir un salon de thé. Des locations d’équipements nautiques et de vélos et d’autres services sont à l’étude en partenariat avec des acteurs économiques locaux.

Les deux couples préfèrent ne pas trop s’avancer sur le calendrier du projet malgré le soutien de l’OGEC et de la mairie car il faut encore finaliser l’achat, arrêter définitivement les plans et obtenir le financement des travaux.

Il est également nécessaire de trouver des places de stationnement à proximité de la future auberge de jeunesse afin de pouvoir continuer à faire vivre le 11 de la rue Gardiner.

En savoir plus :