Un balcon ou une terrasse, un vrai plus en matière de prix !

Dans une étude récente, nous avons constaté que la valorisation d’un balcon ou d’une terrasse dans les 11 plus grandes villes de France a progressé en 2020. Les Français cherchent de plus en plus à avoir un espace ouvert dans leur logement, que ce soit pour l’achat d’un appartement à Saint-Malo ou partout ailleurs dans la région.

Le désir de bénéficier d’un accès à l’extérieur se confirme

Cette tendance s’était déjà renforcée pendant le premier confinement. En effet, les Français qui ont vécu cloîtrés dans un appartement sans accès à l’extérieur ont souffert beaucoup plus que ceux qui avaient la chance de posséder un balcon ou une terrasse.

Dans une étude publiée en mai 2020, les logements qui disposaient d’un balcon ou d’une terrasse avaient une valorisation supérieure de 8,8 % en comparaison à des biens équivalents sans accès à l’extérieur. Cette étude a été réalisée sur un échantillon de plus de 1 500 acquéreurs potentiels ayant déclaré avoir un projet d’achat ou de vente à court terme.

Avec l’arrivée de l’hiver, on pouvait s’attendre en toute logique que cet engouement retombe quelque peu mais que nenni. La même étude réalisée en novembre 2020 a démontré que la présence d’une terrasse ou d’un balcon faisait grimper le prix des appartements de près de 10 %.

Même si un écart de prix a toujours existé, on constate une augmentation par rapport aux prix constatés pour les mêmes biens avant le premier confinement.

Un changement de priorité pour les acquéreurs

Le fait de disposer d’une terrasse ou d’un balcon en ville a toujours été un critère très apprécié. Pour autant, ce phénomène s’est exacerbé à la sortie du premier confinement en mai 2020 et les acquéreurs, notamment dans les grandes villes, étaient enclins à débourser un peu plus pour bénéficier d’un tel privilège. Même si les prix ont continué d’augmenter un peu pendant l’été, on assiste actuellement à un ralentissement qui pourrait laisser présager un retour à la normale dans les mois à venir.

Il se trouve que la crise sanitaire a modifié les priorités de près de 20% des acquéreurs potentiels. Alors que c’était auparavant un critère secondaire, le fait d'avoir au minimum un balcon ou une terrasse est devenu prioritaire pour 21% des acquéreurs. Et 19% veulent finalement un extérieur plus grand que celui envisagé en début de recherche.

La question est maintenant de savoir s’il s’agit d’un véritable changement de paradigme ou c’est une simple passade liée au contrecoup du premier confinement. Alors que les prix ont l’air de vouloir retourner sur leur base antérieure, l’avenir nous dira s’il y a une véritable évolution des priorités au niveau des acquéreurs.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Cliquez ici pour en savoir plus