Rénovation énergétique : de nouvelles aides en préparation

Si vous louez un appartement à Saint-Malo, alors vous vous préoccupez peut-être de la rénovation énergétique. Celle-ci devient peu à peu obligatoire pour les logements les plus énergivores et elle est coûteuse. C’est pourquoi le gouvernement cherche à mettre en place de nouveaux dispositifs d’aide au financement.
 

La rénovation énergétique coûte cher

Afin d’aider les propriétaires, le Conseil économique et social (CESE) souhaite que des aides au financement supplémentaires soient mises en place, telles que des prêts spécifiques remboursables à la vente ou des avances sur succession. Le CESE a récemment voté un avis à la faveur d’un "un dispositif d'avances remboursées lors de la vente du bien ou de la succession, accessible sous condition de ressources".

En outre, le CESE veut inciter les banques à proposer des nouveaux types de prêts pour l’acquisition, l’amélioration et la réhabilitation énergétique. La particularité de ces prêts serait qu’ils soient remboursables lors de la revente du logement ou au moment de la succession en cas de décès.

Un autre avis a également été émis afin de surélever les bâtiments existants en construisant de nouveaux logements. La vente des logements des étages supplémentaires permettrait ainsi d’avoir les fonds nécessaires pour réaliser les travaux dans les étages inférieurs.

Cependant, la surélévation des bâtiments face à une réticence dans de nombreuses villes françaises, et il faudra également modifier certaines règles d’urbanisme pour pouvoir mettre en place une telle solution. Le CESE pense toutefois que c’est nécessaire si on souhaite accélérer la rénovation énergétique des bâtiments, d’autant plus que les obstacles sont principalement financiers.

Quel est le coût moyen de la rénovation énergétique

Il faut savoir que la rénovation énergétique globale d’un logement coûte en général entre 25 000 et 60 000 €. À terme, il va falloir rénover au moins 5 millions de logements, ce qui est non négligeable. L’écrasante majorité des ménages sollicitent l’aide MaPrimeRénov’ pour des travaux limités tels que le remplacement de certaines parties du logement, le remplacement du chauffage ou encore l’isolation de la toiture et des fenêtres.

En 2021, la grande majorité des demandes d’aide MaPrimeRénov’ portaient sur un montant moyen relativement faible, de l’ordre de 3 000 €. Les rénovations globales concernaient quant à elles un peu moins de 1 000 dossiers sur les 650 000 déposés.

C’est un problème car seule une rénovation globale permet une réduction de plus de 50% de la consommation d’énergie. C’est pourquoi le CESE appelle à renforcer les aides accordées à la rénovation globale afin que plus de Français puissent financer de tels travaux.

En savoir plus :