Immobilier à Saint-Malo : Les solutions proposées pour endiguer la hausse des prix

Avant le premier tour des législatives 2022, les candidats des grands partis de la septième circonscription d'Ille-et-Vilaine ont partagé leurs visions pour endiguer l’envolée des prix de l'immobilier. L'objectif est notamment de permettre aux jeunes ménages de s'installer. Notre agence immobilière de Saint-Malo fait le point sur ces solutions.

Pour Jean-Luc Bourgeaux, le nouveau député LR, il faut construire davantage

Fraîchement réélu, le député sortant alors candidat à sa propre succession a indiqué qu’il ne croyait pas aux solutions miracles mais au travail avec les bailleurs sociaux pour :

  • Trouver des solutions concrètes,
  • Mettre en place une politique d'aide pour les primo-accédants.

Il veut relancer la construction dans les espaces disponibles et inutilisés par l’agriculture y compris dans des communes concernées par la loi Littoral en faisant le ménage dans les réglementations tout en préservant les terres agricoles.

Il a pris le parti de ne pas limiter les résidences secondaires qui, dans beaucoup de petites communes, participent au maintien des commerces.

Concernant les locations de courte durée de type Airbnb, il s’est également positionné en suggérant qu’il faudrait des règles nationales à l’image de ce qui a été fait localement à Saint-Malo.

Pour Anne Le Gagne, Ensemble, il faut une loi sur les locations type Airbnb

Sur le terrain, la difficulté pour loger les jeunes, liée à la flambée du prix de l'immobilier, se mesure concrètement. Anne Le Gagne souhaite donner aux maires la possibilité de mettre en place une politique du logement proche des besoins de la population et du terrain.

Elle préconise l'instauration du bail réel et solidaire qui dissocie le foncier du bâti et qui permet aux jeunes actifs d'avoir accès à la propriété grâce à :

  • Une baisse du coût de 30 à 50 %,
  • L'augmentation de la construction de logements sociaux (110 000 en plus par an) comme prévu par le président. 

Concernant les locations Airbnb, elle souhaite travailler sur une loi qui soit une loi équitable à portée nationale.

Pour Dylan Lemoine, RN, il faut des prêts pour les jeunes ménages avec enfants

Il souhaite mettre en place un prêt de 100 000 € pour les jeunes ménages de moins de 30 ans afin de les aider à acquérir leur premier logement et dont le capital restant dû se transformera en don au troisième enfant.

Il rappelle également la volonté du RN de donner la priorité aux Français concernant l’affectation des logements sociaux.

Concernant les locations Airbnb, il souhaite créer une commission à l'Assemblée nationale qui réunira les acteurs du tourisme et de la location et les partenaires sociaux afin de trouver un compromis au niveau national.

Pour Nicolas Guivarc'h, NUPES, il faut construire davantage de logements sociaux

Il fait le constat que le budget logement représente 30% des revenus des ménages les plus modestes et qu’il y a peu de constructions de résidences principales où ils peuvent se loger. Le parc HLM de Saint-Malo augmente peu et le paysage architectural de la ville évolue sans volonté d'intégrer l'écologie. 

Il souhaite donc que 30% des constructions nouvelles soient des HLM et la mise en place d’une politique ambitieuse de construction pour construire 200 000 logements par an en France. Il préconise la suppression du dispositif Pinel qui coûte cher à l'Etat pour injecter cet argent dans l'office HLM. 

De multiples solutions sont proposées et c’est de bon augure. En effet, cela montre que les politiciens locaux ont conscience du problème que subit l’immobilier local et souhaitent mettre en place différentes propositions afin d’atteindre leurs objectifs.

En savoir plus :