En avril, les taux étaient à leur plus bas historique

Les taux de crédit immobilier ont retrouvé en avril leur plus bas niveau de décembre 2019 avec un taux moyen d’environ 1,1 % hors assurance. Cependant, le volume des prêts accordés diminue et la durée s’allonge et il faudra donc vous y prendre à l’avance afin d'acheter votre maison à Dinard en toute tranquillité.

Des taux d’intérêt au plancher en avril

Les taux d’intérêt en baisse continus depuis ces derniers mois retrouvent les plus bas historiques de décembre 2019. Depuis la fin de l’année, les taux des prêts immobiliers ont perdu un peu plus de 5 points (0,05 sur les taux). Ainsi, le taux moyen hors assurance se situe à 1,13 % en moyenne au premier trimestre selon l’Observatoire crédit logement contre 1,19 % pendant la même période en 2020. En mars et en avril, le taux moyen a continué de descendre pour se situer respectivement à 1,11 % et 1,07 %.

Les acheteurs ont bénéficié de taux d’environ 1 % en mars pour une durée de remboursement de 20 ans. Les taux moyens des prêts sur 15 ans qui étaient quant à eux inférieurs à 1 % et se situaient à 0,89 %. Cependant, on constate dans le même temps un durcissement des conditions d’octroi pour le financement des foyers les moins aisés et un allongement des durées moyennes de prêts.

En outre, la durée moyenne des prêts est légèrement supérieure à 19 ans. Le rallongement de la durée des prêts neutralise en partie l’impact de ces baisses de taux. Après le resserrement des conditions d’acceptation de prêts fin 2019, les nouvelles recommandations du début d’année du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) ont été appliquées : elles ont permis de porter de 33 % à 35 % le taux d’endettement des ménages et d'allonger les durées des prêts pour les ménages les plus modestes. Cela a donné de l’air au marché immobilier en 2021 et ce, malgré la crise sanitaire qui perdure.

Toutefois, cette embellie qui fait suite à une baisse du volume des prêts produits en début d’année n’exclut pas pour autant une analyse rigoureuse par les banques des dossiers à risque. Et certains, notamment les primo-accédants, subissent parfois des refus de prêt.

Pour couvrir leurs risques, les banques demandent généralement un apport personnel plus important. Ainsi, il a augmenté de plus de 10 % en un an au premier trimestre 2021. Cela augmente encore les difficultés des ménages à revenus modestes ayant généralement peu d’apport.

L’avenir reste incertain

Avec d’un côté, la demande forte et la faiblesse de l’offre de biens qui soutient la hausse des prix de l’immobilier et de l’autre, le risque de baisse du volume des crédits, la tendance concernant l’évolution des taux d’intérêt reste très incertaine. De plus, les taux d’intérêt ont subi des légers mouvements de baisse et de hausse en avril, traduisant l’incertitude du marché quant à la tendance.

En effet, d’un côté, les banques souhaitent tenir leurs objectifs annuels en termes de volume de crédits grâce à la baisse des taux. Tandis que de l’autre, l’augmentation des coûts de refinancement est compensée par une légère augmentation des taux de crédit. Un exercice d’équilibriste qui explique en grande partie la fluctuation actuelle du marché.

En savoir plus :
Investissez dans l’immobilier, investissez à Dinard !
Le calcul de la taxe foncière basée sur la valeur locative cadastrale va évoluer en 2026

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Cliquez ici pour en savoir plus