Comment va se comporter le marché de l’immobilier en 2021 ?

L’année 2020 n’a pas été si mauvaise avec environ 900 000 transactions et une croissance des prix d’un peu plus de 2 %. La fin de l’année a connu un tassement de croissance et le marché devrait se stabiliser en 2021. Avec les nouvelles envies d’air frais qu’ont eu les Français depuis le début de la pandémie, les ventes immobilières à Saint-Malo devraient continuer de bon train !

L’année 2020 s’est clôturée sur environ 900 000 transactions immobilières !

Le marché de l’immobilier a continué à croître en 2020, malgré un contexte sanitaire, social et économique nettement dégradé.

Le nombre de transactions immobilières en 2020, sans égaler le chiffre exceptionnel de 2019 qui a dépassé le million de transactions, s’est établi autour de 900 000. Ce résultat s’inscrit dans la moyenne des ventes effectuées les années précédentes et peut être considéré comme un résultat inespéré compte tenu du marasme ambiant.

De plus, les prix de l’immobilier ont été en hausse de plus de 2 % sur l’année même si un léger tassement s’est fait jour au dernier trimestre.

La croissance sur l’année a connu deux périodes assez différentes avec une augmentation de 1,7 % des prix sur le premier semestre et de seulement 0,5 % au dernier.

Le marché immobilier a été soutenu par des taux de crédit assez bas tout au long de l’année, qui étaient de 1,20 % en moyenne quelle que soit la durée. De nombreux foyers ont ainsi pu acquérir leur résidence principale malgré le resserrement des conditions d’octroi de prêts dès le mois de janvier 2020 faisant suite à la recommandation du Haut conseil de stabilité financière (HCSF) de fin décembre 2019.

Un marché de l’immobilier assez contrasté en 2021

Les principaux opérateurs du secteur de l’immobilier s’attendent à une stagnation voire à une légère baisse des prix en 2021, dans la lancée du ralentissement constaté au dernier trimestre 2020.

Cependant, cette stagnation devrait cacher des situations assez contrastées en fonction du type de biens et de la localisation.

En zone tendue, le prix des logements de qualité et sans travaux devrait continuer à progresser du fait de la demande toujours très forte alors que les biens moins bien situés, et surtout ceux avec des travaux, devraient certainement voir leurs prix baisser.

Cependant, les dernières recommandations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF) datant de début 2021 vont donner un peu d’air pour les crédits immobiliers, en permettant notamment aux banques de pousser le taux d’endettement maximum jusqu’à 35 %.

Cet assouplissement couplé à un taux d’usure qui remonte devrait permettre à de nombreux dossiers ayant essuyé un refus en 2020 pour des raisons techniques de passer cette année.

Par ailleurs, un grand nombre de candidats acquéreurs ont modifié leurs critères de recherche, en partie à cause de l’expérience des confinements et du développement du télétravail. Ainsi, ils recherchent aujourd’hui un logement plus grand avec un accès à l’extérieur, quitte à déserter les centres-villes et à s’expatrier au vert.

Cela devrait également contribuer à soutenir le marché de l’immobilier en 2021, d’autant que beaucoup d'investisseurs recherchent à des biens locatifs dans les villes moyennes de province où la rentabilité locative est plus élevée du fait des prix du mètre carré beaucoup plus bas.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Cliquez ici pour en savoir plus